PUBLICITE

728x90 France

Grand-Bassam : après l’assassinat d’un notable, le roi des N’Zima Kotoko appelle les populations à l’apaisement

Publié le 13 juin 2022 à 07:37 Modifié le 24 sept. 2022 à 13:22

  • Grand-Bassam : après l’assassinat d’un notable, le roi des N’Zima Kotoko appelle les populations à l’apaisement

Le roi des N’Zima Kotoko, Sa majesté Tanoé Amon Désiré, a appelé les populations de Grand-Bassam à l’apaisement, à la cohésion sociale et au vivre ensemble suite à l’assassinat d’un notable au quartier Laca dans une affaire de déguerpissement.

Le roi des N’Zima Kotoko, Sa majesté Tanoé Amon Désiré, a appelé les populations de Grand-Bassam à l’apaisement, à la cohésion sociale et au vivre ensemble suite à l’assassinat d’un notable au quartier Laca dans une affaire de déguerpissement.

"Nous sommes tous des frères de par notre humanité et dans une fraternité vraie et sincère, un frère ne verse pas le sang de son frère. Nous devons donc saisir cette douloureuse occasion pour renforcer cette fraternité par une alliance après une purification de notre terre pour sa virginité afin de conjurer toute calamité potentielle puis favoriser le vivre ensemble et un retour à une paix durable", a dit le roi Tanoé Amon Désiré, par ailleurs président de la Chambre nationale des rois et chefs traditionnels de Côte d’Ivoire.

Il a dit comprendre et partager la douleur de la population et également sa colère, tout en saluant le calme qu’observe cette population depuis ce drame.

Toutes les composantes de la société (jeunes, femmes, religieux, autorités administratives et politiques et cadres) ont exprimé leur indignation et demandé que la loi soit appliquée pour que plus jamais pareille situation ne soit vécue à Grand-Bassam.

Le notable de la chefferie du quartier « Petit Paris » de Grand-Bassam, Wadja Kadjo Denis, a trouvé la mort le 1er juin 2022 au quartier Laca, suite à une attaque d’individus non identifiés alors qu’il accompagnait un détachement des forces de l’ordre dans une opération de déguerpissement. Des personnes occupent illégalement un site prévu pour la construction d’un port sec, signale-t-on.